Jour 07 – De Rocroi à Aubigny-les-Pothées

 

 

Septième jour – Vendredi 13 mars 2015
Parcours : 21km, faciles.
Hébergement : Mr et Mme Launoy (35€) – Top!


 

 

« Un pèlerin ne revient jamais chez lui sans un préjugé en moins et une idée en plus » – Thomas More

 

La ville de Rocroi me laisse un très bon souvenir, et en la quittant je repasse devant chez la dame qui était censée m’accueillir hier soir.
Je ne peux m’empêcher de sourire en dépassant sa maison, satisfait d’avoir évité l’arnaque du jour moi qui, d’habitude, fonce tête baissée dans ce genre de situation, pour le regretter amèrement et longtemps ensuite.
Il faut croire que le grand air me fait du bien au cerveau 🙂

Les premières pages du guide RP51 en poche, dans leur pochette plastifiée, je suis les balises sans même y penser.
Ce guide qui combine descriptif détaillé du parcours, cartes ign tout aussi détaillées et ce balisage impeccable rendent toute erreur impossible. On peut se perdre dans ses pensées et naviguer au fil des sentiers, routes et autres chemins de campagne. Impeccable.

Lors d’une pause, j’en profite pour réserver mon hébergement du soir.
L’accueil pèlerin prévu ne peut me recevoir ce soir car il a justement une fête de famille et ce ne sera pas possible, mais il me recommande vivement une chambre d’hôtes qui elle aussi reçoit les pèlerins dans le village. Il me propose d’avertir le propriétaire de mon arrivée prévue en milieu d’après-midi, ce que j’accepte avec plaisir d’autant que je n’ai pas la feuille correspondante du guide avec les coordonnées de cette chambre sous la main et n’ai pas envie de sortir tout le guide bien emballé du fond de mon sac. J’aurais du, pourtant.

J’aime beaucoup le parcours du jour, bien que monotone par moment.
Je traverse la magnifique forêt de Sevigny-la-Forêt, en ligne droite, et ce passage me laisse, allez savoir pourquoi, un souvenir marquant de cette journée. Est-ce, inconsciemment bien entendu, un avant-goût d’un tout autre genre, de la Meseta qui m’attend dans tant de kilomètres ou même, bien plus avant, des plaines désolées de Champagne avec ses interminables lignes droites ? Je n’en sais encore rien et de toute façon, ce n’est pas à raconter ni à décrire pour le moment, vous le découvrirez bien, tout comme je l’ai vécu, plus tard 😉

La fin du parcours n’est pas terrible, il faut bien l’avouer. Le temps est devenu gris et plus frais et je longe de vastes prairies, survolées par de nombreuses lignes à haute-tension qui grésillent sinistrement au-dessus de moi.

J’arrive enfin au village étape du jour et rencontre un très gentil monsieur à l’entrée de celui-ci. Renseignements pris, il me faudra remonter tout le bourg sur l’autre versant pour atteindre la maison de mon hôte.

Lorsque j’y parviens, le propriétaire est occupé à tondre la pelouse et me laisse quelque peu mariner dans l’allée, le temps de terminer son travail sur quelques mètres.
Puis il vient vers moi et m’interpelle :

-« Que faites-vous là? »
-« Ben je suis sur le chemin de Compostelle, on m’a dit que vous accueilliez les pèlerins et j’aimerais savoir si vous pouviez m’héberger ce soir? »
-« Oui je le vois bien que vous êtes sur le Chemin, mais pourquoi n’avez-vous pas réservé ? Ça ne se passe pas comme ça ici, vous savez! »
Refroidi, je le suis. Drôle d’accueil à vrai dire. Alors j’explique.
-« Excusez-moi, mais j’ai appelé Mr … ce matin et il ne pouvait pas me recevoir alors il m’a dit de venir chez vous et que ça irait. Il m’a proposé de vous avertir de mon passage et j’ai bien insisté pour qu’il le fasse. Il m’a assuré qu’il n’y aurait pas de problème, qu’il n’habitait pas loin et que ce serait fait. Et me voilà ».
-« Ha mais lui alors! Bien sur que non il ne m’a pas averti, et je n’aime pas ça, j’aime bien que l’on réserve, moi »
-« Encore désolé mais si ce n’est pas possible et qu’il y a un autre endroit pas trop loin, je vais me débrouiller »
-« Non, ça ira, venez entrez, retirez vos bottines et laissez-les là, dans la boite, installez-vous, on va boire un coup, d’ailleurs ma femme ne va pas tarder, je vais l’appeler pour qu’elle ramène des courses. »
La situation commence à s’éclaircir.
Je comprends que Mr Launoy aime les choses organisées, je suis comme ça aussi, et je le comprends d’autant mieux lorsqu’il m’explique pourquoi il n’aime pas les arrivées à l’improviste, c’est tout simplement pour pouvoir recevoir les gens correctement.
Mme Launoy ne tarde pas à rentrer, grand sourire et poignée de main chaleureuse. Je suis tout de suite plus à mon aise. D’autant qu’elle me demande d’entrée de jeu :
-« Vous avez fait bonne route? Vous avez trouvé facilement? Vous n’aviez pas prévenu je crois… »
-« Ça à été, je vous remercie, et non je n’ai pas prévenu, je suis désolé (je re-raconte l’histoire qui l’interpelle aussi), d’ailleurs votre mari m’a déjà bien sermonné à ce sujet… »
Grand éclat de rire, la glace est rompue entre deux pince-sans-rire et l’épouse du premier.

Ils me laissent le choix entre deux chambres absolument magnifiques et visiblement très confortables, je serai seul ce soir alors autant (se) faire plaisir.
Après une bonne douche et le rituel du pèlerin, rendez-vous est donné dans le salon pour un apéro au coin du feu, suivi d’un délicieux repas extrêmement convivial. Comme ça fait du bien!

En discutant pendant celui-ci, et bien que je commence tout doucement à perdre la notion du temps, je me rappelle subitement d’une chose, que je leur expose :

-« Mon épouse me rejoint demain pour une nuit, alors si vous avez de la place, serait-il possible de nous héberger? Je ferais l’étape comme prévu, elle m’y rejoindrait, puis m’y reconduirait le lendemain matin ».
-« Pas de problème ce sera avec plaisir, je ferai un bon repas et elle sera bien reçue! »

L’endroit semble vraiment formidable, Mr et Mme Launoy sont très gentils, alors pourquoi se compliquer la vie ? 🙂

Je commence à sentir plus rapidement la fatigue me gagner le soir. La marche au grand air toute la journée, ça vous change un rythme de vie. Et je suis loin, à cet instant, d’imaginer à quel point et jusqu’où ça ira…

 

  •  
    22
    Partages
  • 22
  •  
  •  

8 comments for “Jour 07 – De Rocroi à Aubigny-les-Pothées

  1. Dominique
    24 mars 2016 at 23 h 16 min

    Je viens de lire d’une traite les 7 premiers jours et je suis impatiente de lire la suite.
    A bientôt

    • Le Pèlerin en herbe
      25 mars 2016 at 15 h 36 min

      Merci de me suivre Dominique!
      La suite arrive, pas à pas 😉
      A bientôt
      Olivier

  2. 21 mars 2016 at 20 h 12 min

    bravo pour vos sept premiers jours ,je vous suis comme un feuilleton a la tv Bon courage ULTREIA

    • Le Pèlerin en herbe
      23 mars 2016 at 16 h 58 min

      Merci beaucoup, Daniel!
      Je suis très touché par votre suivi qui m’encourage à continuer de partager cette aventure fabuleuse 🙂
      A bientôt
      Olivier

  3. PascaLi
    21 mars 2016 at 18 h 53 min

    A que voilà ma première étape ! Les chemins dans les bois, le coin picnic et le logement chez Marie José et Jean Marie. Je vais suivre ton récit avec encore plus d’intérêt ( si pour autant que cela soit possible ) maintenant que tu es dans mes pas. Merci de me faire revivre ces excellents moments. Je suis déjà en train de refaire en pensée l’étape suivante . . .

    • Le Pèlerin en herbe
      23 mars 2016 at 17 h 00 min

      J’ai visiblement été marqué par les mêmes endroits que toi, il faut croire qu’ils accrochent le regard…
      Au plaisir de partager plus avant cette fabuleuse aventure!

  4. LARUE
    21 mars 2016 at 18 h 44 min

    ben voila une entrée chez nous avec un bon repas comme tu les aime DANIEL

    • Le Pèlerin en herbe
      23 mars 2016 at 16 h 59 min

      En effet, Daniel, ce fut très bon ce soir-là 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

error: