Jour 13 – De Reims à Germaine

 

 

Treizième jour – Jeudi 19 mars 2015
Parcours : 20km, assez faciles.
Hébergement : Mr & Mme Lejcowski (Donativo)


 

 

« Félicitez-vous d’avoir fait quelque chose d’étrange et d’extravagant qui a brisé la monotonie de votre époque ». –R.W.Emerson (poète américain)

 

En quittant Pascal, il prend une photo de moi en train de démarrer vers le centre de Reims…
Adieu ? Non, certainement pas ! Au revoir et à bientôt, c’est une certitude, même si « bientôt » est relatif 😉
N’empêche, cela me laisse une sensation étrange de le quitter.

Je passe (bien entendu) par l’église St-Jacques que nous n’avions pas visitée hier, faute de temps et pour ne pas se presser non plus.
Magnifique !
Beau moment de recueillement qui me fait du bien avant de quitter cette grande ville et ce dernier visage connu.

Je sors le long des quais du canal et de la Vesle. Pas folichon avec le contournement et l’autoroute d’un côté et les grands boulevards de l’autre côté de l’eau.

Nouvelle balise de décompte kilométrique jusque Compostelle. On avance! Mais ces distances me semblent étranges d’une fois à l’autre, d’ailleurs celle-ci a visiblement été modifiée plusieurs fois … 😀

Je croise quelques joggeurs, quelques promeneurs.
Je suis content, je croise des gens, mon parcours est un peu animé.
Parfois j’obtiens un ‘bonjour’ en retour au mien…
Puis, je croise un cycliste que j’entends faire demi-tour pas loin derrière.
Il revient à ma hauteur, descend de son vélo et me demande si il peut m’accompagner un peu, j’accepte avec grand plaisir cette première rencontre de marche du chemin, bien entendu.

Il est stupéfait par ma démarche, par le fait que je sois parti de chez moi en Belgique qu’il trouve si lointaine et qu’il connait un peu pour y avoir de la famille éloignée.
Il me demande pourquoi je fais le chemin. Ma réponse quelque peu évasive ne lui suffit pas et il insiste gentiment, je lui explique alors tout aussi gentiment que, en principe, cette question ne se pose pas car, parfois, le pèlerin ne sait même pas lui-même pourquoi il s’est mis en chemin et parfois la ou les raisons sont assez personnelles voire intimes.
Il est confus et s’excuse, je le mets à l’aise en lui disant que cela n’est vraiment pas grave, et lui en dis un peu plus.
Puis, tout-à-coup, il éclate de rire en me disant : « Haaaa mais je comprends pourquoi mon cousin qui est aussi parti sur le chemin il y a deux ans ne voulait pas me donner de raison non plus! »
Il me demande ou je compte m’arrêter ce soir et est déçu car il a de la famille là-bas qui aurait pu m’accueillir 🙂

Première rencontre. Géniale!

Quelques kilomètres plus loin, je m’abrite du vent frais et insistant qui a tendance à me glacer, dans un abri pour le bus au beau milieu d’un joli village. On voit que le champagne ça rapporte, les mairies ont visiblement pas mal de moyens dans le coin. C’est beau, lumineux, propre et bien entretenu un peu partout.
A tel point que je m’attendais presque à trouver une chaufferette et un point lumineux dans cet abri providentiel 🙂
Je m’y installe donc, et commence à casser la croûte lorsqu’une dame qui se rend à la mairie me remarque et s’approche. Quelques questions habituelles, depuis quand suis-je parti, depuis quel endroit,… puis sans même me demander mon nom, elle s’exclame :

-« Haa mais vous êtes Olivier! »
Je pense que mon expression doit être exceptionnelle à ce moment 🙂
-« Heu oui, c’est bien ça! »
-« Ça alors! Je suis bénévole dans l’association RP51 et c’est moi que vous avez contactée et puis je vous ai envoyé le guide! »

Dans la série coïncidence, on a vraiment fait fort cette fois je trouve !
Je n’en reviens pas !

La dame me laisse car elle doit aller travailler, et peu après c’est un monsieur qui à remarqué la coquille sur mon sac qui s’approche. Nouvelle petite discussion très plaisante pendant que je termine mon sandwich.

Je me remets en route, bien content d’avoir investi dans ce pantalon long qui protège mes jambes encore bien sensibles au conditions météo, et au vent surtout.
Après quelques kilomètres, j’attaque une grosse bute, la « fameuse » montagne de Reims.
Moi qui me plaignais du plat, me voilà servi, au moins pour quelques minutes, allez on va dire une petite paire d’heures.
Une jolie petite montée 🙂

Après avoir passé cette irrégularité géologique locale, je tombe presque littéralement nez-à-nez avec un marcheur qui se balade dans les bois que je traverse. La discussion s’amorce facilement et s’oriente rapidement sur le pourquoi de ma démarche. J’avance les mêmes motifs que ce matin, mais la raison professionnelle attire toute son attention car il a la même formation que moi, à peu près le même âge et lui aussi, il y a quelques semaines a été licencié à peu près de la même façon brutale, pour les mêmes raisons absurdes et il rame un peu pour se ressaisir. Décidément mes anciens responsables n’avaient pas le monopole de l’ingratitude. A croire qu’ils y sont formés en groupe.
Alors Sébastien marche tous les jours pour essayer de se remettre en phase, ce que je ne peux que comprendre. Une marche au long cours l’inspire beaucoup, il y pense sérieusement depuis un bout de temps, mais n’ose pas encore se lancer.
Ça viendra au bon moment, lui dis-je en lui racontant un peu comment cela m’a pris.

Vient le moment de notre séparation non loin de mon étape.
C’était encore une belle rencontre où nous avons partagé de bonnes choses…et suis décidément surpris d’avoir parlé avec tant de monde aujourd’hui.

Je flâne un peu avant d’arriver chez mes hôtes car j’aime bien le village où je viens d’atterrir.
Ce qui me permet de remarquer que la rue où je dois me rendre ne se trouve pas sur le parcours à suivre, j’en aurais fait un de détour. Quel bol d’être tombé sur la plaque de la rue par inadvertance!

Je suis content d’arriver chez mes accueillants du jour car il fait décidément bien frais et un sale petit courant d’air a vite fait de me refroidir lorsque je m’arrête.

Monsieur et madame Lejcowski sont vraiment très gentils mais monsieur est visiblement fatigué par la semaine de travail et parle assez peu. Ils s’excusent de n’avoir pas grand’chose à proposer pour le repas, je ne suis vraiment pas difficile de toute façon et quelques bons restes savamment accommodés ont vite fait de nous rassasier.

La soirée est brève car j’ai l’impression qu’ils sont plus fatigués que moi, je ne veux pas les déranger et me dirige bien rapidement vers, de nouveau, la chambre d’un de leurs enfants qui a déjà quitté le nid familial.

Ils n’avaient pas de cachet pour ma crédentiale, il faudra que je pense à en dénicher un sur la route en partant demain matin.

 

 

  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •  

6 comments for “Jour 13 – De Reims à Germaine

  1. Henri de FONTENAY
    13 juin 2018 at 7 h 17 min

    Bonjour Olivier,
    Une seamine maintenant que je te suis, c’est ton 13ème jour et tu te rapproche de plus en plus de ma Bourgogne.
    Oui une bien belle étape avec des rencontres merveilleuses, le sel du chemin!
    Hâte de découvrir la suite.
    Amicalement
    Henri

    • Le Pèlerin en herbe
      16 juin 2018 at 9 h 24 min

      Bonjour Henri,
      Il est vrai que, mine de rien, au fil des étapes la France est déjà bien amorcée et les régions commencent à offrir leurs paysages changeants et variés.
      Quelle aventure pour les yeux aussi !!
      Merci pour ton suivi et à bientôt,
      Olivier

  2. Cosi
    11 avril 2016 at 7 h 35 min

    Ah la « montagne de Reims » !
    Quel souvenir !?! Nous avons dormi dans notre tente au milieu des vignobles derrière une butte le long du chemin …

    • Le Pèlerin en herbe
      13 avril 2016 at 15 h 30 min

      Merci pour votre commentaire!
      J’ai beaucoup aimé ce passage également qui rompait enfin avec la monotonie des derniers jours et permettait de découvrir d’autres paysages plus verts.

  3. teil
    10 avril 2016 at 19 h 37 min

    bonjour…Olivier..je t admire ..je te souhaite vraiment un bon chemin…

    • Le Pèlerin en herbe
      13 avril 2016 at 15 h 26 min

      Merci beaucoup à vous!
      Il le fut et c’est un vrai plaisir de le partager et de le revivre de nouveau avec vous toutes et tous qui me suivez 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *